Gare de Kananga
Catégorie

À Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï-Central, l’UNFPA a entamé, le lundi 7 septembre 2020, la campagne de réparation gratuite des fistules vaginales. Menée dans le cadre du projet dénommé « Central Emergency Response Fund », CERF, cette activité vise environ 100 bénéficiaires à travers la région.

À Kananga, cette campagne cible les femmes victimes de fistules dans les 26 zones de santé de cette province. Avec l’appui de l’ONG CARITAS, l’UNFPA assure les moyens de déplacement des fistuleuses se trouvant dans les milieux ruraux, jusqu'au lieu de l'intervention chirurgicale.

À travers cette campagne, cette agence du système de l’ONU entend redonner  la dignité à la femme, comme indique son chargé des programmes de santé de la reproduction. « La fistule obstétricale est une maladie qui fait perdre à la femme sa dignité. Et nous, on est là, pour essayer tant soit peu à aider ces femmes à recouvrer leur dignité. Donc, toute femme qui a une fistule est éligible pour cette opération», a souligné Docteur Alphonse Matondo.

Ce médecin encourage cependant la communauté centre-kasaïenne à la prévention des cas des fistules, en évitant notamment les mariages et grossesses précoces.

L’UNFPA se propose également de faciliter la réinsertion socio-économique, aux bénéficiaires de cette campagne, en finançant leurs activités génératrices de revenus.

Soulignons que cette campagne est financée a plus de 50.000 dollars américains, et c’est depuis 2013 que l’UNFPA organise les campagnes de réparation des femmes fistuleuses, en RDC.

BN