Réfugiés
Catégorie

Le choc, les larmes, la rage de mettre fin à ses tueries étaient observés le lundi 5 décembre 2022, aux visages de différents jeunes qui étaient rassemblés pour rendre hommage aux disparus de Kishishe. 

Bougie et drapelet en main, pancartes,  quelques uns vêtus en noir, scandant ainsi des chansons de révoltes, ces jeunes de différents mouvements de la société civile ont de la plus belle manière clôturé les trois jours de deuil décrétés en mémoire de des personnes tuées. 

« La paix à Kishishe ;
La paix à Bunagana ; 
Justice pour Kishishe ». Voilà ces petites phrases qu'on pouvait lire dans leur pancartes et banderoles, résumant ainsi le vœu le plus ardent de ces jeunes de Goma, au Nord Kivu et de toute la RDC. 

Plusieurs citoyens congolais, personnalités politiques et même celles  de la société civile de tous les quatre coins du pays se sont exprimés d'un ton ferme et ont condamné ce massacre qui a une fois de plus endeuillé le congolais.

Ce massacre est intervenu le 29 novembre dernier, entre différents groupes armés d'autodéfense et les rebelles du M23, soutenues par le Rwanda, rapporte le gouvernement congolais, qui a ajouté par ailleurs que 272 civils sont morts suite à cette attaque. 

Et de l'autre côté, le M23 dans un communiqué a nié d'avoir tué une centaine de personnes, tout en indiquant que seule huit (8) personnes ont été tuées par balles perdues. 

Notons par ailleurs que jusqu'à ce jour, la circulation est totalement perturbée dans cette zone où le massacre a été perpétrés avec le contrôle du M23. 

Jephte Matondo