Carte Kananga
Catégorie

À Kananga, une messe d’action de grâce a été organisée, ce lundi 28 septembre 2020, en la Pro-cathédrale Saint-Clement, en mémoire des victimes de la crise ayant secoué l’espace Kasaï entre 2016-2017. Des centaines de personnes ont pris part à cette messe dont le ministre provincial de l’ordre public et le bâtonnier du barreau du Kasai-Central.

À l’entrée de la paroisse, plusieurs banderoles ont été affichées sur lesquelles on pouvait lire : Je suis Nganza, Je suis Tubuluku, Je suis Dibaya, Je suis Kabanza, je réclame justice.

Dans son homélie, l’officient du jour a exhorté l’assistance à prier pour un repos apaisé en faveur des victimes.

Ce prélat catholique a également invité la population du Grand-Kasai à œuvrer pour la consolidation de la paix.

« Nous devons apprendre à résoudre pacifiquement nos conflits, apprendre à être les artisans de la paix puisque la justice et la paix sont des fruits de la sagesse », a indiqué cet abbé.

Pour sa part, le coordonnateur de l’Association des Victimes du Grand-Kasaï regrette que plus de trois ans après les victimes n’aient pas toujours obtenu justice.

« Aucune disposition collective n’a jamais été implémentée de manière à assurer aux victimes que ces genres d’actes ne seront jamais orchestrés. Et cela est resté plus de trois ans, bientôt quatre ans, sans que cela interpelle la volonté de ceux à qui le peuple aurait donné mandat », s’est plaint Miram Mulumba.

Pour rappel, la crise sécuritaire de l’espace Kasaï a fait plus de 4000 morts, plus de 20. 000 violées et de dégâts matériels énormes, selon l’Association des victimes du Grand-Kasai.

BN