Les camions de Société des Entreprises Pétrolière SEP
Catégorie

La ville de Kananga connait depuis quelques jours, une hausse de prix de carburant. Un litre d’essence est passé de 2300 à 3300 FC à la pompe, alors qu’auprès des revendeurs, il se négocie à 3200 FC. À travers la ville de Kananga, les revendeurs communément appelés « Kadhafi » attribuent cette flambée du prix du carburant à la rareté des produits sur le marché. L’un d’eux a expliqué qu’ils éprouvent des difficultés de s’approvisionner depuis la fermeture de la frontière angolaise à la suite de la pandémie de coronavirus. Il demande aux autorités de faciliter le ravitaillement de la province du côté de Lubumbashi pour éviter le pire dans les jours à venir. Pour sa part, le président de l’Association des pétroliers du Kasaï-Central reconnait qu’il y a rareté de ce produit sur le marché. Mais, Désiré Tshikenda déplore également la revue à la hausse de certaines taxes comme celle d’import et export qui est passée de 45 à 150 USD. Cet opérateur économique explique que des taxes écrasantes découragent de nombreux commerçants, évoluant dans ce secteur. La population recommande aux autorites provinciales de prendre des dispositions pour que cette hausse du prix de carburant, n’ait pas d’incidences négatives sur les prix des biens et services. BN